UFC-Que Choisir d'Aix-en-Provence

.AIX PUBLICATIONS

Litige gagné : un défaut de diagnostic qui aurait pu revenir cher

Un adhérent de notre association locale conduit son véhicule Audi Q3 chez le concessionnaire aixois de cette marque afin de procéder à son entretien périodique.

Sur appel du garagiste, notre adhérent est informé qu’une fuite d’huile a été constatée au niveau de la boîte de vitesses (DSG7) et qu’il y a lieu de procéder au remplacement de cet élément. Le devis présenté s’élève à 8500€.

Le client ne l’entend pas de cette oreille, d’autant qu’à son entrée en atelier son véhicule fonctionnait parfaitement et que quelques milliers de kilomètres auparavant la vidange de cette boite de vitesses avait été effectuée sans remarque particulière du concessionnaire. Le véhicule de notre adhérent reste ainsi au garage durant plus de deux mois, l’ordre de réparation n’ayant pas été signé.

Il décide alors de faire intervenir notre association qui adresse un courrier circonstancié avec AR au service clientèle du groupe VW-Audi avec copie au concessionnaire concerné.

Parallèlement l’adhérent contacte sa protection juridique. Une expertise contradictoire de l’anomalie signalée est finalement organisée. L’expert mandaté suggère à ses interlocuteurs de cette concession de procéder au remplacement du joint spi de sortie de boîte vers le demi arbre de transmission, et de procéder à un essai sur 1 500 km. Un compte-rendu est communiqué à notre association.

À la fin de l’essai préconisé suite à cette réparation, il s’avère que la fuite a disparu et que la boîte de vitesses fonctionne normalement !

Vraisemblablement ennuyé par la mise au jour de ce surprenant constat qui n’est pas très en faveur de sa qualité de diagnostic, le concessionnaire a pris en charge la totalité de cette réparation (d’un montant environ huit fois moins élevé que le premier devis soumis à notre adhérent).